Mondial-2015. Anthony Percherancier s’arrête en quarts

C’est fini pour Anthony Percherancier. Photo DR.

Devor Tonejc est bien la bête noire d’Anthony Percherancier. Le Slovène, qui avait déjà privé le Bourbonnien de la médaille d’or au Mondial-2013 à Bahia-Bianca (Argentine), lui a de nouveau barré la route hier à Rijeka (Croatie) où se tient jusqu’à dimanche le Mondial-2015. Cette fois en quarts de finale où le Saône-et-Loirien s’est incliné (25-24) à l’issue d’une furieuse empoignade aux allures de finale avant la lettre. Au tour précédent, le Slovène avait déjà causé la perte d’un autre Saône-et-Loirien, en l’occurrence l’ex-Parodien Eric Lotto qui défend désormais les couleurs de la Principauté de Monaco. Dans cette partie, le champion du monde en titre ne s’était déjà imposé que d’un tout petit point sur un score (31-30) qui en dit long sur l’intensité de ce 8e de finale.
Outre l’élimination d’Anthony Percherancier, qui rentrera pour la première fois d’un championnat du monde sans médaille, le clan tricolore a également perdu hier son double (Poyet-Chirat), éliminé en quart de finale par les Croates, alors que le relais Micoud-Abelbo a lui aussi échoué dans sa quête de l’or en ne parvenant pas à se qualifier pour la finale qui opposera aujourd’hui la Croatie à l’Italie.
 

mondial-2015 à Rijeka (21 au 27 septembre). Anthony Percherancier. La consécration, enfin ?

Après avoir décroché le bronze chez les jeunes et en espoirs, l’argent il y a deux ans à Bahia Bianca, Anthony Percherancier aimerait bien goûter enfin à l’or lors d’un MOndial. Photo DR.

Cinq. Le Saône-et-Loirien participe à Rijeka à son cinquième championnat du monde. Le deuxième chez les seniors. Argent. Au dernier Mondial, en 2013, Anthony Percherancier avait décroché la médaille d’argent au combiné. A l’image d’une sélection tricolore en reconquête, le Saône-et-Loirien aborde revanchard le Mondial croate qui débute lundi à Rijeka.


La cicatrice n’est pas encore complètement refermée. Au dernier championnat du monde, à Bahia Bianca (Argentine), il n’avait laissé échapper l’or que pour un tout petit point (29-28) face au Slovène Dejan Tonejc à l’issue d’une finale au scénario abracadabrant. « Tous les jours j’y pense », confesse Anthony Percherancier dont le souvenir des deux buts frappés par son adversaire à 17,50 mètres lors de l’avant-dernier jet de but a longtemps hanté les nuits. « Il y a deux ans, le Mondial avait eu lieu en novembre et j’avais mis un bon moment à m’en remettre », poursuit l’ancien Clunysois qui avait traîné son spleen une bonne partie du reste de la saison. « Le combiné, je pouvais plus y voir » concède le sociétaire d’Aix-les-Bains qui, en perte de résultats et de confiance, n’avait pas été surpris plus que ça de ne pas avoir été sélectionné pour l’Euro-2014 à Koper (Slovénie). « Vu mes résultats, je ne le méritais pas ».
Même si la cicatrice est toujours là, le Saône-et-Loirien a évacué depuis sa frustration. Retrouvé surtout cette envie de jouer et cette âme de compétiteur qui le caractérisent. Et le chemin de la sélection avec. « Autant je n’avais pas été surpris qu’on ne m’appelle pas pour l’Euro, autant j’espérais bien faire partie de la sélection pour le Mondial » poursuit l’intéressé auteur d’une saison très solide, que ce soit en club avec Aix-les-Bains, ou avec sa quadrette d’Annecy (Gobertier). « On s’est raté dans tous les grands championnats, mais sinon on a plutôt pas mal joué » observe le nouveau jeune papa plus motivé que j’avais à l’idée de retrouver la sélection et le parfum d’un championnat du monde. « Pas une fixation »
« L’objectif, il est à la fois individuel et collectif. En Argentine, il y a deux ans, on avait fait quatre finales mais on avait perdu les quatre. Pour la première fois depuis 1993, on était rentré sans la moindre médaille d’or. Que ce soit moi ou un autre, l’objectif c’est donc de renouer avec l’or. Maintenant, si c’est moi, c’est encore mieux (sourire), mais je sais par expérience qu’un championnat du monde ne ressemble jamais à un autre. Surtout en Croatie où le public est très chaud. Si tu joues le Croate chez lui, tu sais que tu vas vivre l’enfer pendant une heure ».
Quant à ses éventuelles retrouvailles avec un certain Tonejc ? « Je ne fais pas une fixation là-dessus » assure l’intéressé qui disputera à nouveau le combiné, sa discipline de prédilection, à Rijeka. « Avec le niveau qui monte chaque année, il y a plein d’autres bons joueurs dont il faut se méfier. C’est sûr que j’aimerais bien le retrouver à nouveau en finale. Mais si quelqu’un d’autre le bat avant, je n’en serai pas fâché non plus ».

La sélection FRANçAISE

Simple : Jérôme Benoît (Saint-Vulbas) Double : Frédéric Poyet (Montélimar) et Grégory Chirat (Montélimar)
Combiné : Anthony Percherancier (Aix-les-Bains)
Précision : Grégory Chirat (Montélimar)
Tir progressif : Guillaume Abelfo (Saint-Vulbas) Tir rapide en double : Guillaume Abelfo (Saint-Vulbas) et Jérémy Micoud (CRO Lyon)
Anthony Percherancier, sélectionné pour le combiné “Que ce soit moi ou un autre, l’objectif c’est de ramener une médaille d’or. ”
 
 
 
 
 
 
CONTACT