Le Comité Sportif Bouliste de Saône-et-Loire tire la sonnette d'alarme

Avec une érosion du nombre de licenciés pour la saison 2018-2019 (-75 licences), le Comité Sportif Bouliste départemental est passé sous la barre des 2000 licenciés et se retrouve à la croisée des chemins.
 
"Les voyants sont à l'Orange foncé", "le bilan est mitigé", "200 nouvelles licences mais dans le même temps, 303 licences ont été perdues", "l'avenir de notre sport nous appartient" et "il faut refuser la fatalité et être plus solidaires" ; ces quelques remarques et réflexions relevées par Daniel Cottin, le président du Comité Sportif Bouliste 71 résonnent encore aux oreilles des quelques 60 personnes qui participaient au Congrès du Comité départemental de Boules et qui représentaient plus de 35 associations sportives de Saône-et-Loire.
 
avoir organisé les finales quadrettes les 22-23 juin derniers) et par Catherine Desplanches, adjointe au Maire du Creusot qui a renouvelé le soutien logistique et financier de la ville, les travaux du Comité ont pu se dérouler dans une ambiance feutrée et mitigée quant à la situation actuelle des effectifs.
C'est donc peu de dire que le président du Comité Sportif Bouliste de Saône-et-Loire ait tiré la sonnette d'alarme ; en effet, au cours de cette dernière saison, si un peu plus de 200 nouvelles licences ont été enregistrées (des reprises de licences ou des Primo-licenciés), pas moins de 303 licences ont été perdues au cours de cette même saison et ce qui fait donc une baisse de 75 licences par rapport à l'année précédente. Une vraie interrogation et une inquiétude pour le président du Comité qui a souligné que néanmoins "les activités proposées aux jeunes, les actions menées en direction du Handispot ou encore auprès des entreprises ne portent pas encore leurs fruits en terme de gain de licences".
Pour étayer ses propos, le président Daniel Cottin a rappelé que "malheureusement notre discipline ne sera pas sport olympique et ne recevra donc pas la notoriété qui accompagne un tel événement" et a regretté que "les prochains championnats du monde qui devaient se tenir à Lyon se tiendront finalement en Turquie pour des raisons un peu étranges…"
Autant de facteurs de visibilité et de notoriété que le sport boules devra se passer dans la saison qui s'ouvre et pour les années à venir : "les actions que nous menons déjà seront poursuivies et amplifiées, avec l'aval de la Fédération nous amplifierons grâce à l'action de notre agent de développement du "sport boules" Thierry Mahoudeau en Bourgogne-Franche-Comté, toutes les animations chez les jeunes et pour le développement du Handisport qui peuvent assurer la pérennité de notre sport" nous a encore confié Daniel Cottin qui s'appuie sur la hausse du nombre de licenciés féminines la saison passée pour refuser la fatalité du déclin du sport boules en Saône-et-Loire.
"Si dans le département un club n'a plus d'existence actuellement, un second est une situation d'inactivité et la mise en sommeil des ces 2 associations sportives se répercutent immédiatement sur les effectifs, toutes et tous ce poursuivent pas dans d'autres clubs" a admis le président du Comité.
Afin de ne pas perdre l'appellation "Comité Sportif", le sport boules en Saône-et-Loire doit remonter ses effectifs à 2000 licenciés sans quoi, l'organisation de ses propres championnats, la qualification de ces propres représentants aux championnats et Coupe de France serait en péril pour le Comité Sportif Bouliste 71 ; "il nous faudrait alors rejoindre la grande région Bourgogne-Franche-Comté, et ce qui en terme de participation d'équipes à des compétitions nationales nous serait préjudiciable"concède Daniel Cottin.
Outre ces difficultés, le Congrès départemental a mis en évidence la bonne santé financière du Comité et mis en lumière les bons résultats des jeunes (qui amènent les meilleurs résultats au département) et des féminines (dont une équipe a atteint les demi-finales nationales à Albertville) lors de la saison écoulée, manque à l'appel juste un titre majeur.
Mais le Comité Sportif Bouliste refuse la fatalité et par l'intermédiaire de son président entend bien "se saisir de l'avenir de son sport, en remontant la pente et en se montrant plus solidaire" pour faire face à la concurrence d'autres activités culturelles et sportives qui peuvent tenter les plus jeunes ; "à ce titre le travail d'expertise des situations de chaque association sportive "boule" dans le département mené par Thierry Mahoudeau va nous permettre de déterminer qualitativement les besoins de chacun et d'y apporter les meilleures solutions. Nous allons bien entendu poursuivre activement le travail avec les milieux scolaires et s'assurer que derrière ce rapprochement, nos associations sportives puissent proposer aux jeunes d'intégrer leur rang et de poursuivre la découverte de notre sport" a encore poursuivi Daniel Cottin.
Même s'il a concédé aux représentants d'associations sportives qu'il y avait "le feu" aux niveaux des licences, c'est un Comité Sportif volontarisme et déterminé qui va s'atteler à remédier à cette situation et ainsi faire évoluer la répartition des effectifs où les vétérans (+ de 60 ans) représentent encore plus de 55% des effectifs alors que les jeunes (- de 18 ans) seulement 6% ; comme il l'a été rappelé, le travail à destination des plus jeunes sera amplifié mais pour le Comité Sportif c'est la tranche (18-40 ans) qui doit progresser car "elle ne représente que 10% des effectif et c'est un vrai souci, car sa proportion devrait être bien plus élevée".

 
 

Le congrès en imges

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CONTACT